Ces termes devenus célèbres grâce à la Première Guerre Mondiale

Retour à la liste des articles

Ces termes devenus célèbres grâce à la Première Guerre Mondiale

  • OISE France
  • Lundi 9 décembre 2019

L’année 2014 marque le 100e anniversaire du début de la Première Guerre Mondiale.

termes célèbres à l'issue de la Première Guerre Mondiale

Des termes devenus célèbres depuis la Première Guerre Mondiale

À cette occasion, les Dictionnaires d’Oxford ont décidé de faire appel au public pour les aider à retracer les premières utilisations documentées de mots entrés dans le langage anglais quotidien à l’issue du conflit mondial. C’est une plongée historique et pleine d’émotion que proposent ainsi les Dictionnaires d’Oxford.

  • CAMOUFLAGE /ˈkæm ə.flɑʒ/ Camouflage est emprunté... au français. Le français a eu beaucoup d'influence sur la langue anglaise. Ce terme est utilisé depuis le 19e siècle pour désigner un déguisement, les premières traces de son utilisation en anglais datent de 1916. Le développement des forces aériennes et la précision accrue des armes à longues portées obligent en effet les troupes à cacher leurs armes des frappes de l'ennemi.

  • SHELL SHOCK /ʃel ʃɒk/ Shell shock est une référence directe aux tirs d’obus (shellfire) qui s’abattaient sur les tranchées. Le terme, décrivant les symptômes liés au traumatisme des soldats exposés aux violences des combats et à leurs souvenirs brutaux, peut être rapproché du terme moderne Post Traumatic Stress Disorder, souvent raccourci en PTSD. Une étude du psychologue Charles Samuel Myers en 1915, intitulée A contribution to the study of shell shock, est la première mention de l'utilisation de ce terme en anglais. Toutefois, certains suggèrent que Myers n'a pas inventé le terme et qu'il était déjà en usage sur le front. Myers l’aurait simplement popularisé, et regretté plus tard dans un livre où il suggère que le “terme [était] singulièrement mal choisi".

  • JUSQU'AUBOUTISTE /ʒyskobutist/ Jusqu'au bout, emprunté au français encore, était à l’origine une référence à un individu prêt à mener un conflit à l'extrême sans se soucier des conséquences. Le premier exemple de l’utilisation du terme est fourni par le magazine Punch en septembre 1917.

  • DEMOB /diːˈmɒb/ Raccourci pour demobilisation, il peut être utilisé à la fois comme un nom et un verbe. Se référant à la libération des soldats du service militaire à la fin de la guerre, le terme est en usage depuis le 19e siècle, mais la forme abrégée semble n’avoir été utilisé que depuis la fin de la Première Guerre mondiale. Les premières mentions datent de 1919.

  • STREETCAR /ˈstriːtkɑː/ La citation la plus précoce pour ce mot d'argot date de 1920. Le romancier Raymond Chandler, qui fut soldat pendant la Première Guerre mondiale pour les armées canadiennes et britanniques, mentionne dans une lettre 1950 à Hamish Hamilton que streetcar avait été l’un des mots les plus couramment utilisés par les soldats pour parler des tramways.

  • CONCHIE /ˈkɒnʃi/ Contraction moqueuse pour conscientious objector, objecteur de conscience. Le terme d’objecteur de conscience a été utilisé en anglais depuis le 19e siècle. Il se référait alors à une personne qui refuse de faire quelque chose pour les raisons morales ou éthiques. Il a fallu attendre 1916, avec l'introduction de la conscription au Royaume-Uni, pour que le terme soit utilisé spécifiquement pour renvoyer à une personne qui refuse de servir dans les forces armées. Pendant la guerre, les objecteurs de conscience étaient souvent appelés conchies, un terme familier et généralement sarcastique. La première preuve écrite pour cette forme abrégée apparait dans un article du Daily Mail en octobre 1917.

  • TRENCH FOOT/MOUTH /trɛn(t)ʃ fʊt/ /trɛn(t)ʃ maʊθ/ Les conditions brutales de combat de la Première Guerre mondiale, couplées à l'environnement des tranchées, où les soldats ont passé tellement de temps, ont conduit à des conditions médicales douloureuses appelées trench foot et trench mouth. Ils sont les témoins les plus répandus des conditions de vie misérables des soldats, exposés au froid à et l’humidité, et au manque d’hygiène.

  • TANK (comme verbe) /tæŋk/ Les tanks ont été développés et utilisés pour la première fois par l’armée anglaise en 1916 et le mot a été popularisé depuis. En anglais, il est aussi devenu un verbe. Mais, à l’inverse de l’idée de puissance que véhiculent les tanks, le verbe signifie s’écrouler.

  • EYETIE /ˈʌɪtʌɪ/ Également orthographié iti ou eyety, c'est un terme d'argot, plutôt péjoratif, pour désigner un Italien. L’histoire de ce mot pourrait être issue de la contraction de Italian sous la forme Itis, apparemment en usage depuis le 19e siècle.

  • ZEPPELINS IN A CLOUD /ˈzɛp(ə)lɪn/ Les zeppelins, qui survolaient les villes pour faire de la reconnaissance avant de les bombarder, ont certainement marqué les esprits ! Cette expression a en effet été utilisée pour désigner un plat célèbre en Angleterre : des saucisses accompagnées de purée de pommes de terre.

Si vous souhaitez en savoir plus, n'hésitez pas à contacter nos agences OISE.